« Y’a quelqu’un là? Ah non y’a personne. »

Rien d’intéressant à dire mon précieux, si ce n’est que suis sur le point de préparer à manger comme tous les soirs ou presque, telle une vieille bobonne du Poitou pétrie de hargne et de haine envers la gente (testiculée) masculine. Voilà ô joie, ô tintamarre du corbillard peint en gris, en noir, toute la magnificence de ma vie. Peler des patates en rêvant à un Brave Bite sans kilt, me moucher dans mon torchon à vaisselle en comprenant que jamais cet individu somme toute incroyablement sexy pour son âge ne croisera ma route, puisque je n’ai point de tripotée de petits n’enfants dans mon cabas, ni de minois diaphane aux babines surdimensionnées (mais naturelles) ou de plate bande mammaire en cours de reconstruction.*

Allélouya mes sœurs du firmament qui comme moi, esquintez votre jeunesse et la peau de votre derme à récurer les queues des casseroles pour votre homme des tavernes (le vrai), qui accueillera certes votre souper dûment apprêté par un misérable: « C’est encore ça qu’on va manger? »**

(Ce « ça » supposant un met autrement détestable, autrement dégueulasse. De la part d’un être tout juste capable de faire cuire trois knackis dans une étendue d’oignons, je dois dire que ça m’épate. Ca m’épate, ça m’épate).

AU REVOIR.

*Et accessoirement parlant, aucunement des 40 et quelques millions d’Angelina dans le porte document.

**Imbécile.

Publicités

Laisser une tra-trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s