« Tu seras bien bonne ».

Saturday night fever, Halloween fever. Intérieur nuit.

19h et des brouettes, finale de la Coupe du monde de rugby, France-Nouvelle Zélande. Environnement immédiat: l’Ogre Jéjé, tripotée de copains (bourrés) enjoués et moi même, en pleine séance de phoques de canapé*.

0a63f65003735a7352b8c38897aba63c

Alors que nous étions confortablement avachis devant la télé telles (de braves merdes) de vénérables carpettes 100% laine, gorgés de mauvaise bière et que nous gueulions plus encore qu’un troupeau de sangliers en rut après les sexy joueurs de rugby, voilà ty pas tout à coup, quelque part dans les vapeurs fétides de la nuit, que l’on sonna.

Certes. Comme ça, sans prendre même la peine de nous avertir plus avant, quelqu’un, ce gonflé individu et potentiellement membru** nous dérangea de notre match et tout à son effroyable indécence donc, couvrant les commentaires lamentables de Bernard Laporte, sonna.

-Dringue! Dongue dingue! Dringue!, fit le kunkun autrement culotté, la pitain d’sa mémé j’m’en va te le décalotter qu’on va tout rater Dan Carter courant/se battant/offrant son petit cul joufflu à tous les regards, avides d’oignons charmants.

-Va ouvrir Roulio!, scanda l’Ogre Jéjé de sa voix d’ours des tavernes, dédaignant son paquet de chips, sa bolée de bière à demie sifflée et me désignant de sa superbe.

-Ouha zy-va, pourquoi moi?, m’indignai-je aussitôt, la mâchoire retroussée, que dis-je autrement chargée en électricité. La vérité, faut toujours que ce soit moi qui lève ma rondelle et d’abord puisque c’est comme ça yahla, je prends mes clips et mes clapes et je pars faire le tour du monde jusqu’à la Sainte Saint Denis de la place Clichy et qu’après saligaud d’Homo-bièrus-perfidus, je serai bien tranquille, ah ça oui alors, débarrassée à jamais de ta face de musaraigne flétrie par l’alcool que je serai, car sache bouirp!, sache houirp!, sache que tu ne me reverras pas jusqu’au mois de mai et ses clochettes du muguet et…

-Zy va.

-Ouais Roulio, zy va!, lança alors la tripotée de copains à ma face choquée. Et rapporte nous par la même occasion que tu seras bien bonne, un autre cageot de bières, parce que, on voudrait pas dire hein mais on a soif.

-On a soif?

-Ouais! On a soif! On a soif!

-Ah ben ça alors!

-Bouirp.

-Ca! Ca c’est trop fort Bonne Mère! C’est…

-Dringue! Driiingue!, insista le quelqu’un inconnu, hypothétiquement couillu.

-Oh ça va, ça va, ça vient! On vient! Je vie…enfin non! Kunkun d’autre vient! Oui alors! Kunkun qui n’est point moi va soulever son cul altier, aller jusqu’à la porte et pas faire caguer par dessus le marché! Y’a Dan Carter qui va marquer un essai!

-…

-…

-Dringue?

-Bande de ramassis de râclures de machos à deux pesos. J’aurai votre peau, vous entendez? J’aurai votre pea…

-Mais oui mais oui, allez dépêche toi Roulio. Ooooh… Oh essai! Prenez ça les All Blackounets! Dan Carter, il a rien dans le slibard et les crampons des souliers, l’enfoiré!

-Misérable bande de créatures mal dressées et testiculées!, je continuai à maugréer tandis que je me traînai vers l’entrée. Crotales endimanchés, fainéants du canapé et de son édredon immaculé, merguez pois chiches de la honte et du péché, je vous aurai un jour, je vous aurai! Oui c’est pour quoi? AAAAAH!!!!!!!

Tout à ma colère et alors que j’ouvrais la porte, persuadée que l’intrus était un vendeur de dictionnaires-tupperwares-godemichés atrocement chers/témoin de Jéhovah annonciateur de fin du monde annoncée, j’hurlai de terreur.

Face à moi, pétrifiées elles aussi du fait de ma panique, trois minuscules loupiots en guenilles, neuf ans tout au plus, du sang perlant aux canines, apparemment à deux doigts de (me dépecer) déféquer, se dandinaient à même mon paillasson et me reluquaient, de leurs grands yeux écarquillés. Les nains de jardin étaient déguisés qui en zombie, qui en momie et autre Dracula de pacotille et attendaient de toute évidence leurs vénérables friandises, mais point mes cris de truie qu’on mènerait à la boucherie.

Autant pour moi. J’avais oublié par devant moi que nous étions le soir d’Halloween.

-Bonjour madame, on vient pour les bonbons!

-Les bonbons, les bonbons!, râlai-je, les moustaches frémissantes d’indignation.

Bon. Récupérant bon gré mal gré ce qui restait de ma dignité, je gagnai la cuisine et en profitai pour piocher dans le bol de pommes rances, car bien évidemment, nous n’avions pas la moindre sucrerie.

-Tenez les enfants, laissai-je passer entre mes dents de devant, de retour sur mon paillasson mangé aux mites et fourrant les fruits dans le sac des gosses. Tenez et dépêchez-vous la vérité de vous dépêcher, parce que Dan Carter y va (montrer son cul musclé) marquer un essai.

-…

-Et alors, qu’èsson dit à « Tata Dufruit » qui va vous épargner de ce fait, les caries dues aux saloperies de confiseries?

-Euh… merci?

-C’est cela, oui. Allez et à l’année prochaine (et ne vous avisez plus de me terrifier ainsi).

Un clignement d’oeil et les mouflets déguerpissaient. Je restai un instant plantée sur la devanture de ma porte, quelque peu attendrie, lorsque l’un des gniards laissa échapper:

-Wouha les gars, on a eu deux pommes, trop fort!

-Ouais et en plus, renchérit l’un de ses acolytes, on lui a fait peur à la dame!

-Ah ouais, trop stylé! Héhéhé!

 

« Stylé »?

« Héhéhé? Hé? »

Bande d’ingrats petits morveux qui ne paient rien pour attendre. Moi peur? Moi la trouille? Jamais vous entendez! Jam…

Bon ok. Bon d’accord. J’avoue que l’espace de quelques secondes, bercée par la série « The Walking Dead », ses morts vivants et ses guirlandes d’hémoglobine, j’ai bien cru que j’allais m’uriner dessus. Tellement je m’attendais à un digne représentant en chef des faux phallus, tellement les minots avaient du sang sur leurs capes et leurs pardessus, tellement j’ai cru qu’ils allaient me bouffer toute crue.

jockey-underwear-daniel-carter-05

Au revoir.

Ouhla. Ouh. Et maintenant Dan carter, il va marquer un essai.

*Hahouheu! Hahouheuhahouheu!

**La probabilité étant d’une chance sur deux mon précieux.

Publicités

Laisser une tra-trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s