« Petite mumy, je parle de toi…

…parce qu’avec ta grosse et grasse voix, tu as versé sur ma vie des litrons de glucose… »

baa208a4588b9d563aa35ccd9a0804ad

Quelquefois, je suis rondement fan de ma mumy, autrement dit de ma génitrice aux figues  replètes et aux sourcils imberbes. Elle est tout en tendresse, tout en humour, pleine de petites attentions gourmandes/croquantes pour ceux qu’elle aime, ceux qu’elle connait moins, pour les bestioles défroquées qui croisent son chemin. Et. Ca fait fondre mon vieux coeur de lamantin.

Pour preuve la délicatesse dont elle use chaque jour ou presque en faveur de la grappille de moineaux minuscules, mésanges, rouges gorges et autres pies salaces qui frétillent de l’aile et du croupion près de sa maison. Tous les matins voilà ty pas qu’elle s’empare de son rouleau à pâtisserie, du sachet de graines de tournesol, qu’elle remonte ses manchasses et qu’elle pile les céréales dans son torchon à l’aide du rouleau, pour les déposer ensuite sur le rebord de la fenêtre aux piafs. Sans oublier la coupelle d’eau pour ces petits seigneurs volants, pets de plumes duveteuses, gros comme des prunes cuites au soleil.

Et tous les matins, voilà ty pas que je me moque, que je ricane à gorge déployée en la voyant faire. Je suis fan mais ça m’empêche point de rire ouvertement mon bon marquis en ki-kilt de satin gris.

-Et alors, réplique-t-elle autrement déterminée, le rouleau à pâtisserie broyant le tournesol de plus belle et les binocles sur le nez, ça te plairait bien à toi si t’étais un petit n’oiseau, de trouver du grain sur la fenêtre!

-Haha!

-Et oui ça te plairait! Je te le dis moi! Je te le dis!

-Ah voui c’est sûr, c’est certain Bonne Mère, c’est…hahahahaaahaaaa!!!!

-C’est parce que la graine, elle est trop dure pour eux! Alors je la broie!

Diable. Je me marre et finis toujours par brailler ce couplet du refrain de Gan Gacques le bienheureux, le malicieux: « Elle met du vieux pain sur son balcon, pour attirer les moineaux, les pigeons! »

Ce qui me vaut à coup sûr (un jeter de pantoufles dans la tronche) une paire de regards hautement assassins et deux ou trois répliques du style: « Non mais tu vas t’arrêter de rire oui, espèce de grande pantine! Vieille sauterelle! Oh putaing! Oh qu’elle m’énerve! Mais qu’èssy m’a foutu une couillonne pareille dans le jupon et les jambons?!!! »

 

A part ça, la vie est cho-lie, elle a un goût de mars et de bounty. De litchi et de satanique compotée de fruits, jusque dedans le bavoir du baby, plein de plis.

Au revoir.

2f4aa4c6a90654ab53a66d95f14e9dda

Publicités

Laisser une tra-trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s