Déçue + fourbue= poussée de poils (blancs) au cul.

mr-bean-wtf.gif

Comme je vis avec très peu d’oseille, je n’ai pas pour habitude salace d’acheter des fanfreluches et me faire plaisir outre mesure. En fait, c’est même très rare par exemple que je fasse les soldes.

Alors quand ça arrive, je ne suis que joie. Même si quelque part, je trouve ça réconfortant au final d’être restreinte au niveau des pépettes. Il se pourrait même que ce soit un fabuleux garde fou. Le manque appelle irrémédiablement l’envie et décuple ainsi l’exaltation lors de tes achats succincts. Tu n’es alors jamais blasée, tout est gai alentour et tout (ou presque) te plaît.

Certes. C’est ainsi que la semaine dernière, armée de gros billets, je m’empressai de commander sur internet une ribambelle de robes affriolantes, ainsi qu’un sac à mains rose tendre, tout de cuir tendu; amour de sac pour lequel je m’étais tout de suite pâmée, bave aux lèvres et coeur galopant tel un chevaux de course sans son jockey.

L’une des robes, parfaite, était en fine toile de dentelle auburn, tombant délicatement sur le mollet, les autres semblaient taillées dans le coton le plus doux, de vraies merveilles. Le sac avait l’air d’une petite guimauve poudrée, un bonbon de sac que je me voyais déjà trimballer partout à mon cou, affublée (comme l’as de pique) de mes robes froufroutantes, ondoyant à la lumière, légère comme un boyaux d’andouillette.

Mais ça, c’était avant d’accueillir la camelote en ma bicoque. Car sur l’internet les photos, les formes et les couleurs sont rondement trompeuses, je viens de l’apprendre à mes dépens. On dirait même que c’est le jour et la nuit. L’auburn se change en violet fluo du plus vulgaire, le coton en une matière synthétique informe, froissable à souhait, qu’on dirait que t’as enfilé le drapé d’un parachute usé.

Le  rose tendre-cul-de-bébé-poudré du sac qui t’émoustillait le tété ne se révèle être qu’un lie de vin fané insipide, te donnant l’air d’une mémé portant son cabas au bras, en route pour le marché.

Bref mon précieux, lorsque je réceptionna les denrées, ce fut loin d’être la panacée.

Preuve à l’appui:

117d06f8a7d1f65fff3fa35720388916

Roulio le salaud avant de recevoir son colis.

51c68db05eeef2147505973d7860c6c3

Roulio le salaud après avoir étalé les saloperies défraichies tout autour de lui.

Je pense qu’on ne m’y prendra pas de sitôt. Je préfère de loin palper la grasse marchandise dans les magasins et la voir de mes yeux vus, plutôt que de trépigner des jours durant dans l’attente de mon cadeau-qui-paraît-si-beau-sur-la-photo, pour en définitive être déçue/fourbue/pétrie de cheveux (et de poils) blancs à même le rouleau d’alu.

Bon. Ou alors à partir de maintenant, je n’achèterai plus que des sweet shirts à messages drôlatiques qui ne risqueront pas de me faire choir de désespoir. Parce que comment dire, c’est quasi mission impossible d’être déçu par un simple pullovaire, non? Je veux dire, nein? Y’a rien de plus basique qu’un tricot de porque.

                                                               #caca-facebook-smiley-emoticone-poopcaca-facebook-smiley-emoticone-poop

Publicités

Laisser une tra-trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s